La réflexion autour de l’artiste. Son rôle social, ses compétences pédagogiques. Il est énormément sollicité notamment dans les écoles pour des interventions d’éducation artistique mais il n’a pas forcement les outils. Et aujourd’hui, selon les ONG, les écoles n’ont pas de projets pédagogiques. Dès lors, l’idée est de réfléchir sur ces actions et ses notions de compétences, au référentiel de compétences nécessaires, et aux outils que l’on peut développer et mettre en commun au service des artistes qui sont désireux de transmettre.

A l’Aléa des possibles, ils ont mis en place, il y a 5 ans maintenant, à l’ouverture de l’école, une formation de formateurs. L’idée c’est une formation sur quatre ans où il y à la fois une formation technique des arts du cirque et une capacité à transmettre les arts du cirque : d’où formation de formateurs. Et L’artiste formateur doit développer un projet soit artistique, soit pédagogique.

A ce jour, la difficulté qu’ils rencontrent, c’est de ne pas avoir d’artistes uniquement dédiés à la formation. Ils consacrent 40% de leur temps à la pédagogie et 60% aux spectacles, entrainement et recherche. Ils ne sont transmetteurs que parce que la formation a été conçue comme telle. En tant qu’école, ils se penchent sur l’intérêt de séparer les métiers d’artistes et de formateurs éducateurs artistiques.